dimanche 19 juin 2011

En route vers le statut de "Supernova-Elite-du-Bridge" !


Mardi soir après le boulot, j'ai mis le cap d'un coup de RER, puis de Tram vers Saint-Cloud. En 45 minutes, j'étais arrivé au siège de la Fédération Française de Bridge avec au programme, le "railbird" du Championnat de France de Bridge par 4 catégorie "Sénior mixte 3éme série Promo".


Pourquoi me direz vous ? Tout simplement, car mon père s'était qualifié avec son équipe pour disputer cette phase finale avec à la clé tout simplement le titre de champion de France.


Leur parcours pour arriver à cette phase finale n'a pas été facile. En effet, ils se sont qualifiés d'abord localement à Aurillac (phase départementale), puis à Royan (phase inter-régionale) au cours de laquelle il y avait 2 tickets à décrocher pour Paris. Ils ont réussi à claquer leur qualification, en poussant même la coquetterie jusqu'à remporter ce festival.


C'est donc motivés et remontés comme des coucous (j'exagère à peine) que ce quatuor de choc (Monsieur et Madame CROS, Madame FLAGEL et mon père) est arrivé à Paris cette semaine afin de disputer cette phase finale.


Cette compétition s'est déroulée sur 2 jours avec 7 tours (des sessions de 2 heures et 14 donnes chacune) à disputer en compagnie de 24 autres équipes. Au final, il ont pris la 13éme place, ce qui est un résultat honorable pour une première participation.


De mon côté, malgré une absence totale de connaissance des règles et techniques de cette discipline, j'ai pu apprécier l'esprit de compétition et la ferveur qui régne dans une compétition de ce niveau.


En effet, ça ne plaisante pas et ça respire la passion de la compétition ou la place au hasard n'existe pas, contrairement au poker ou parfois (souvent) les résultats de certains gamblers ne proviennent pas du simple talent.


En tous les cas, cette expérience m'aura permis de constater que le Bridge peut être vraiment autre chose qu'un "passe temps pour 3éme âge et + de la haute société" (image d'Epinal à la gomme qui colle injustement aux basques de cette discipline comme celle du mensonge et de la triche au poker).


Oréolé de ses belles performences cette saison, mon père va passer 2éme série l'an prochain (il y en a 4 en tout), ce qui équivaut à un classement de 2/6 au tennis. En 3 ans de compétition seulement, c'est plutôt pas mal.


D'ailleurs, dès ce week-end, il a claqué une nouvelle perf, cette fois en doublette avec ma mère, en remportant le Festival du Puy-en-Velay (43) devant un field de 70 équipes avec notamment quelques "1ére série" dont un ancien champion de France (référence dans la région) qu'ils ont affronté et "envoyé sur le rail" sans ménagement (lol).


Bilan : Un beau trophé et un petit chèque de 250 €. Là encore c'est plutôt pas mal pour une après-midi de gamble !


Je suis particpulièrement fier et content que mes parents et plus particulièrment mon père, aient réussi à trouver une "reconversion" singulière une fois à la retraite car ce n'est pas toujours simple. Ca leur permet de passer de bons moments en mettant de côté les tracas de la vie de tous les jours, qui ne les ont pas épargnés tout au long de leur vie.


Enfin, quel bonheur c'est pour moi de sentir mon père heureux aujourd'hui, quand il me relate ses parties de bridge, quand je me remémore nos échanges il y a tout juste un an, alors qu'il affrontait courageusement de multiples séances de chimio-thérapie après 2 opérations délicates. Beau témoignage de ce que c'est que d'avoir de la "force de caractère" !


Mis à la retraite forcée pour raison de santé il y a déjà quelques années, mon père s'est alors tourné vers le bridge. Toute sa vie, il a toujours eu le goût et le sens des cartes en s'adonnant notamment régulièrement au tarot ou à la belotte bridgée. Mais avant sa retraite, il n'avait jamais franchi le pas vers LE JEU DE CARTES PAR EXCELLENCE qu'est le bridge.


Tout a commencé pour lui, il y a environs 5 ans lorsqu'il décida de s'inscrire avec ma mère dans l'un des rares clubs de son département à Massiac (cantal) à 35 kms de son domicile. Cette mise en bouche lui a permis de se faire la main en participant aux petites parties hebdomadaires de ce club rural.


Parallèlement, il compléta son apprentissage par des parties privées chez lui ou chez des amis ou connaissances dont son institutrice à l'école primaire de plus de 85 ans.


Trés vite, il eu de bons réusltats et se tourna alors vers d'autres challenges et notamment ceux offerts par le club phare du Cantal à Riom-es-Montagnes. Là encore les résultats furent au rendez vous, jusqu'aux derniers relatés plus haut.


J'espère de tout coeur que d'autres brillants résultats suivront et pour l'y aider je n'hésiterai pas à aller lui acheter de nouveaux ouvrages statégiques à "La maison du Bridge", s'il souhaite passer commande.


Ca me donne également l'envie de m'y mettre aussi, ce qui nous permettra avant tout de mettre de côté nos traditionnelles parties de rami en famille, sorte de passerelle que nous avions trouvé jusqu'à présent entre les mondes différents (mais finalement assez voisins) que sont ceux du poker et du bridge.


Pour tout cela et bien d'autres choses encore, je suis trés heureux et fier d'être son fils et j'en profite pour lui souhaiter aujourd'hui comme il se doit une "bonne fête" par ce témoignage.


@ bientôt.

10 commentaires:

  1. Et en plus, il peut être fier d'avoir un fils comme toi.

    PS: tu n'as pas croisé Fred - D8?

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce petit clin d'oeil trés sympa Stefal !

    Pour épondre à ton "PS". Je n'ai pas croisé "D8" à la Fédé de Bridge.

    D'après mes informations (glânées online), il doit être 1er série et donc non concerné par ces compet'. De plus, il semble jouer le plus souvent "en doublette" (ça fait un peu bouliste comme terme) et depuis longtemps avec un cousin à lui.

    ++

    RépondreSupprimer
  3. Je publie un e-mail reçu à l'instant dans ma boîte mail :

    Pierre,
    Merci pour ce que je viens de lire et je suis d'autant plus heureux de voir l'intérêt que tu manifestes pour ce jeu qu'est le bridge (exellente thérapie comme tu le sais et le dis au travers de ta lettre).
    J'espère que nous aurons le plaisir de nous trouver autour de la table soit ensemble, soit face à face afin de passer de bons moments entre autres ...................
    Bises de nous deux.
    Ton père

    RépondreSupprimer
  4. J'ai trouvé ton post très très très sympa. Très touchant..
    Je vais te donner quelques précisions...
    En effet j'étais pas à la fédé ce week end là, puisque c'étaient les competes sénior, donc pour les 60 ans et plus.
    De plus les épreuves promo (donc 4ème et 3ème série) je ne les ai pas joué longtemps!
    1/ La progression de ton père, et sa "passion" pour le jeu.
    Vraiment rien d'étonnant, dans la mesure ou bcp de gens débutent une fois en retraite (il faut pas mal de temps pour apprendre), et ensuite sont accrocs. On essaie toujours de progresser, il y a des tonnes de bouquins sympas à lire, de tout niveau. Moi quand j'ai débuté, a peu prés à 17 ans, je passais énormement de temps à bosser mon jeu. L'esprit de compete existe vraiment. Pas dans les tournois de clubs, ou ce ne sont presque que des vieux qui en plus s'en foutent, mais dans les competitions. ( Bon toi t'as vu du Sénior, ça devait froler le 70 ans d'age moyen!). C'est a peu prés normal, puisque tu l'as dit toi même pour arriver en finale à Paris il faut passer pas mal de qualifs, surtout dans les basses séries ( sur les 100.000 licenciés 75.000 sont 4ème ou 3ème série... donc faut faire de la casse pour aller au bout!)
    - La comparaison avec le tennis.
    La tu as tout faux! La structure de classement du bridge est reellement une abération. Tout le monde peut passer assez rapidement deuxième série majeure ( 2ème coeur ou pique ou promo), voir même première série mineure. Ce qui est strictement impossible au tennis tu en conviendras..
    Si je devais comparer, je dirais que
    4eme série bridge égal 30/4 au tennis
    3eme série bridge egal 30/2 au tennis
    2eme série mineure égal 30 au tennis
    2eme majeure égal 15/4
    1ere mineure égal 15/2
    1ere coeur égal 15 à 3/6. C'est clairement le classement qui marque une réelle différence avec le précédent. Seulement 1% des effectifs de la fédé est première série majeure. ( 50% coeur, 33% pique et le reste National)
    1ere pique égal 2/6
    Les "mauvais!" 1ere nationale égal 0
    Les bons premieres nationales égal les premiere séries du tennis.
    .
    Pour info je suis premiere série pique au bridge, tout comme mon cousin Arnaud dont tu fais allusion.
    .
    3/ Ton passage éventuel au bridge
    .
    Si tu as le temps je te dis 100 fois OUI! Mais surtout, comme c'est aussi chronophage que le poker, fais le avec Sandrine si elle est douée pour les cartes. C'est mieux d'apprendre à deux. Bien plus motivant aussi...
    .
    En tous les cas tu as rendu un bien bel hommage à ton père..
    .

    RépondreSupprimer
  5. C'est beau tout simplement !!!!

    RépondreSupprimer
  6. Bel hommage, pour une fois que ça se fait quand la personne est vivante, faut en profiter :)

    RépondreSupprimer
  7. Nice post ;-) Mais quel crâneur, ce D8: Il voudrait nous faire croire qu'il serait 2/6 s'il jouait au tennis^^

    RépondreSupprimer
  8. Merci !

    @ D8 : Merci pour ces précisions. En fait, j'ai fait le parallèle avec le Tennis car quand mon père m'a montré le systéme des classements au bridge j'avais trouvé ça assez similaire à première vue. Du coup je pensais que tu étais -15/-30 et lui 2/6 (lol).

    @ Titi, Kof et Challenge 100 K : sympa d'être passé me faire un "petit coucou" (surement grace au petit "PS" de D8 dans son dernier billet).

    @ Nicko : Marrant de te publier aujourd'hui sur mon blog alors que j'avais mis en place le fameux "filtre de validation des commentaires" justement pour éviter tes possibles dérives (lol). Mais bon depuis beaucoup d'eau a coulé sous les ponts et c'est bien mieux ainsi !

    ++

    RépondreSupprimer